Ski de fond : la décision qui ne plaît pas à la Norvège

Ski de fond : la décision qui ne plaît pas à la Norvège

Rédigé le 22/05/2020
Nordic Magazine

SKI DE FOND – Lors qu’une nation organise une étape de coupe du monde, la Fédération internationale de ski souhaite qu’elle engage moins de coureurs. La Norvège n’y est pas favorable.

La Fédération internationale de ski va réduire les quotas nationaux pour organisation d’épreuve de quinze à dix athlètes, dont deux coureurs U23. Il y a seulement quelques saisons, jusqu’à 22-23 coureurs  pouvaient encore prendre le départ d’une course de coupe du monde à domicile.

De quoi s’agit-il ? Chaque nation a droit à un nombre bien précis de coureurs qu’elle ne peut pas dépasser, sauf quand elle reçoit chez elle la caravane des fondeurs. Elle peut alors prendre le départ en plus grand nombre. C’est ainsi, par exemple, qu’à La Clusaz, de jeunes français ont découvert le circuit élite.

Mais voilà, diminuer le nombre de dossards ne plaît pas du tout à la Norvège dont quinze athlètes étaient donc jusqu’ici autorisés à participer aux courses de Lillehammer, Drammen et Holmenkollen. « Nous avons vivement protesté contre cette proposition de la FIS. Pour les coureurs norvégiens qui ne sont pas dans l’équipe nationale, c’est formidable de participer à une coupe du monde », a déclaré Aage Skinstad à la chaîne de télévision NRK. Il est le représentant de la Norvège au sein de l’organisation et a suivi les débats avec le patron du ski de fond Espen Bjervig.

Ses adversaires, eux, se disent que cette mesure pourrait enfin freiner quelque peu la redoutable machine de guerre du royaume scandinave, qui ne cesse de dominer le circuit bien que défiée par la Russie du côté masculin et la Suède du côté féminin. Lors du sprint de la coupe du monde à Konnerud en mars dernier, douze Norvégiens sur quinze ne s’étaient-ils pas qualifiés pour les quarts de finale ?

Sans parler de l’agacement des concurrents étrangers lorsqu’ils sont battus par des Norvégiens inconnus en coupe du monde lorsque celle-ci débarque à Oslo, Drammen

La Norvège, dont la densité des athlètes entraîne déjà une féroce concurrence en interne, a fait une contre-proposition : dix coureurs au maximum plus deux skieurs U23. Cela signifiait un total de douze coureurs dans chaque course.

Hier, l’idée a été rejetée.

Photo : Nordic Focus.